Emmanuel Coindre reprend ses avirons

Date : Jeudi 07 décembre 2006 @ 09:26:40 :: Sujet : E. Coindre

rame_g.jpg

Rames Guyane 2006 :

Emmanuel Coindre a chaviré
7/12/06 - En tête de la course depuis le début de la course, Emmanuel Coindre a chaviré hier à 13H00 TU. Il se trouve actuellement à bord de la frégate de la marine nationale "Germinal".  1-next.gif

Une course à rames égales 1-next.gif

Aventure . La première transat en solitaire à l’aviron, Rames Guyane, s’élance dimanche du Sénégal.
Le point avec Michel Horeau, son créateur.



Hier, à13H00 TU, une vague latérale, c'est à dire à 90% de l'axe du vent a fait chavirer LADY GINIE, le bateau d'Emmanuel Coindre."Quand je la vois, je sais que je vais aller au tas.". Il tombe alors à la mer et le bateau se couche sur le côté. Hélas, le panneau est ouvert, le petit aérateur également et l'eau envahit le compartiment arrière. Fait aggravant, Emmanuel a matossé à l'arrière, le canot ne se redresse pas. Il réussit à plonger pour récupérer sa balise et le CROSS est alerté. L'équipe de recherche le localise rapidement. Fort heureusement une frégate de la Marine Nationale se trouve à moins de trente milles. Trois heures plus tard Emmanuel Coindre est à bord du "Germinal".

Heure par heure

14h34 : la balise Argos d’Emmanuel Coindre se déclenche en mode assistance.

Le centre de Collecte et de Localisation Satellite (CLS Argos ) à Toulouse informe qu’il faut attendre confirmation du mode assistance de la balise.

16h : CLS Argos confirme que le skipper a confirmé a demandé de l'aide en enclenchant une nouvelle fois le mode assistance de sa balise.

18h : Michel Horeau, organisateur de la course prend contact avec le Cross Gris Nez (Centre régional opérationnel de surveillance et de sauvetage) chargé d’organiser les secours des navires français dans les eaux internationales.

Il est immédiatement demandé au Columbus de rejoindre la zone. Il se trouve à plus de 200 milles de la position d’Emmanuel Coindre.

19h Le Cross Gris Nez localise un navire de la Marine Française. La frégate Germinal se trouve à 30 milles dans le sud du navire d’Emmanuel. La balise continue de transmettre les positions correctement. L’organisation lève aussitôt le secret des positions pour qu’elles soient directement transmises vers la frégate.

A 20h La frégate informe qu’Emmanuel Coindre a été secouru. Il est sain et sauf et se trouve bord du navire. Celui-ci reste sur zone pour tenter de récupérer le bateau. Après quatre tentatives, Lady Ginie est finalement déposé sur le pont de la frégate à 1h du matin.

Entre temps, à 23h45, Michel Horeau peut prendre contact avec Emmanuel qui explique qu’il a chaviré. Une vague de 7 mètres l’a surpris par le travers alors que la situation météo était clémente (20 nœuds de vent). Il donne également les éléments suivants :

Le panneau du compartiment avant (stockage) était grand ouvert

Les petits hublots d’aération de la cabine arrière étaient ouverts

Du matériel avait été déplacé à l’arrière du navire pour matosser (l’alourdir).

Lorsque le bateau s’est couché sous l’influence de la vague, le matériel chargé à l’arrière s’est déplacé sur le côté, empêchant l’embarcation de se redresser, et lui permettant de se remplir d’eau. Emmanuel, projeté à la mer, n’a pas eu le temps de fermer les capots. Il a rapidement compris que plus rien ne pouvait être fait et il a déclenché le mode assistance de sa balise Argos.

La frégate Germinal fait actuellement route vers le nord avec le rescapé. Il expliquait son chavirage dans un mail ce matin:

"Juste après ma vacation avec mes parents, à peine 10 minutes après avoir repris les avirons, aux environs de 13H30 (H. françaises) j'ai pris une vague pyramidale sur le côté. Comme c'était toujours un régime de vent de Nord/Est, 15 à 20 noeuds, je ramais 3/4 ou travers aux vagues pour attaquer au maximum, pour mieux passer les vagues, comme j'ai toujours fait avec mon ancien petit canot. Je l'ai vu arriver cette vague pyramidale, une grosse vague raide qui a claqué juste sur nous, je n'ai rien pû faire, je l'ai pris sur le côté. Le bateau s'est carrément couché, violemment, et j'ai été éjecté hors du bateau (c'est dire la force de cette vague, j'ai même cru que mon bateau était cassé), la soute à l'avant était ouverte (le panneau derrière moi) et il a commencé à se remplir au niveau de la soute. Je suis revenu très vite sur le bateau, complètement couché sur le côté, il y avait aussi un petit hublot de la cabine qui était ouvert, l'eau s'y est engouffrée doucement, et je n'ai jamais réussi à le remettre à l'endroit. Ca va vite, trop vite.

Impossible de le bouger, à l'envers, et aucune autre vague pyramidale pour m'aider dans la manoeuvre. Quand j'ai compris que je n'y arriverai plus, j'ai plongé sous le bateau, ouvert le panneau de ma cabine pour prendre ma balise de détresse et ce que je pouvais prendre, et je suis remonté sur le bateau à l'envers, resté tout l'après-midi et une bonne partie de début de nuit à attendre les secours. J'ai déclenché ma balise, voila, il n'y avait pas d'autre solution. Je suis naturellement plus que désappointé, mais je vais bien, et c'est l'essentiel.

Le navire "Germinal" de la marine nationale, qui faisait route vers Madère, est venu sur moi, à la nuit. J'ai expliqué au capitaine mon histoire, j'ai été réconforté, soigné, ensuite on verra à l'aube ce que l'on fait avec mon bateau, puisqu'ils restent sur zone pour la nuit."

WWW
Sport.fr   Emmanuel Coindre secouru au milieu de l'Atlantique
Mercredi 6 décembre 2006   1-next.gif

A l’assaut de l’Atlantique      SUITE 1-next.gif

Une vingtaine de rameurs à l'assaut de l'Atlantique 1-next.gif

C’est le 19 novembre prochain que sera donné le départ de RAMES GUYANE, la première course transatlantique à l’aviron, en solitaire, sans escale ni assistance. Parrainée par Mr Léon Bertrand, ministre délégué au tourisme

Le Concept
Il s’agit de relier Saint Louis du Sénégal à la Guyane à bord de canots à rames de 8 mètres de long strictement identiques et conçus pour cette traversée.

 EMMANUEL COINDRE REPREND SES AVIRONS

Communiqué 6 du 17 août 2006 : J - 94

Avec cinq traversées de l’Atlantique Nord et une traversée du Pacifique à l’aviron et en solitaire, Emmanuel Coindre est sans conteste le rameur océanique le plus expérimenté de France, peut être même du monde… , mais certainement de tous les participants à RAMES GUYANE 2006. Actuellement en chantier, son bateau sera mis à l’eau début septembre, juste à temps pour procéder aux réglages et réaliser les essais en mer avant le rassemblement de l’Île de Ré.

 

sophiemace.jpg

Rames Guyane 2006 : une femme dans la course
http://www.ecaraibes.com/article/article.asp?id_article=11425483706759

Passer de déléguée commerciale à rameuse océanique, voilà le défi que va tenter de relever Sophie Macé, la seule femme engagée dans Rames Guyane, la course transatlantique en solitaire à l’aviron.
C’est dans un petit atelier proche de Biscarrosse, d’où elle est originaire, qu’elle a elle-même achevé la construction de son bateau.

Passionnée de mer et d’écologie elle veut prendre le départ de la course le 26 novembre 2006 et arriver en Guyane

seasailsurf.gif

Emmanuel Coindre remporte le prologue
à Saint Martin de Ré

24 septembre 2006 : C’est avec beaucoup de chaleur et d’enthousiasme que les quinze marins de Rames Guyane ont été accueillis par le grand public cette semaine. Ces skippers, une femme et quatorze hommes aux motivations différentes sont attachants, passionnés et solidaires. Ils ont un point commun : la volonté ferme et farouche de traverser l’océan à la rame. Le temps fort de ces journées restera le prologue, qui s’est déroulé vendredi entre La Rochelle et Saint Martin de Ré. Pour la première fois les marins se sont retrouvés en situation réelle de compétition. Un avant goût, grandeur nature, de ce qu’ils pourront connaître lors de leur traversée.




Cet article provient de Merveilleux Aventuriers
http://m.aventuriers.free.fr

L'URL pour cet article est :
http://m.aventuriers.free.fr/article.php?sid=195